Fiscalité

 

(Au sujet du budget d'une commune circum-voisine)

 

Ceux qui n'auront pas été surpris par le plus récent épisode de ce budget fantôme d'une commune limitrophe de la notre sont tout simplement ceux de ses habitants qui auront eu le relatif privilège de lire à la fin du mois d'août les fiches très précises et complètes que nous avions préparées. Qu'il n'y ait pas de malentendu : la situation actuelle nous navre et nous n'avons pas matière à nous réjouir de cet échec spectaculaire. Ce qui est vrai, c'est que nous ne supportons pas la mauvaise foi et le mensonge.

Selon le journal 'L'Echo du Centre' la commune «n'a pas eu d'autre choix que de se conformer» à l'arrêté du méchant préfet qui impose une augmentation de 15 % de la taxe foncière et de la taxe d'habitation. Le gentil maire, lui, «n'avait prévu de les augmenter que de 1 %» ('Sud-Ouest' des 27 et 29 août). Et les proclamations de ces autres élus qui se montrent incapables de distinguer une 'tutelle' d'un 'arrêté préfectoral exécutoire' apparaissent comme de piètres jérémiades. Ce n'est pas en rognant les indemnités des élus que l'on construit une politique municipale, et ce n'est pas en feignant de se parer du manteau de la dignité que l'on bâtit un programme.

______________