Milieux naturels et diversité biologique

LES FOUGÈRES


 

En ces premiers jours de juillet, en début de matinée, un petit tour dans les bois ou dans les chemins nous amène à faire provision d'herbes utiles.

Chaussés d'une paire de bottes, le soleil est déjà haut et le sol calcaire de notre commune est propice à quelques rencontres désagréables avec la gent rampante, nous allons faire provision de fougères pour le jardin.


Cette plante à la propriété, entre-autre, d'émettre une forte odeur caractéristique, qui désoriente les insectes tels que la mouche du poireau (la teigne, petit papillon grisâtre, de 10 mm de long environ, dont la chenille s’introduit au cœur du poireau jusqu'à le détruire) et la mouche de la carotte (Psila Rosea , qui développe un asticot qui creuse des galeries verticales allant jusqu'à faire pourrir cette racine comestible).

 

Voici plus de vingt ans que, d'expérience, ces feuilles de fougères sont utilisées au jardin pour former un tapis bien fourni entre les pieds de poireaux.

En dehors du fait que ce couvert protège le sol des ardeurs des rayons du soleil, et permet ainsi d'espacer les arrosages, la présence de la fougère éloigne la mouche qui utilise le poireau comme nurserie.

Avec la fougère, pas besoin de traiter, pas besoin de surveiller. Souvent, il faudra renouveler ce tapissage courant septembre pour en conserver toute l'efficacité.

 

Depuis quatre ou cinq ans, la même méthode est appliquée aux carottes, régulièrement attaquées au coeur par l'asticot évoqué ci-dessus.

Là encore, le succès est probant, à condition de déposer ces feuilles suffisamment tôt, au moment de l'éclaircissage par exemple.

Au jardin, nous conservons les carottes en terre jusqu'en avril. Elles gardent ainsi toute leur fraîcheur. Il faut alors, bien entendu, les protéger du gel (paille, feuilles, bâche) pour en disposer jusqu'à la mi-avril.

La fougère ne s'opposera pas, malheureusement, aux attaques de la carotte par les autres types de vers présents dans le sol. Attaques qui ne font que se développer au fur et à mesure que dure son séjour en terre...

 


______________