DANS  L' ACTUALITÉ  DES   TRANSPORTS

____________

En ce qui concerne les liaisons Bordeaux – Périgueux pour les voyageurs, la Région Aquitaine met progressivement en application les mesures qu'elle avait arrêtées. Trois trains supplémentaires cette année, avec de nouvelles rotations entre 16 h 30 et 18 h 30, espacées d'une demi-heure. Ce pourrait être la préfiguration de la navette ferroviaire dont le projet remanié avait été pris en compte par les collectivités et établissements publics concernés.

La croissance de la fréquentation sur cette ligne a été de 25 % en deux ans, dont 2 % au cours du dernier semestre, ce qui est assez remarquable. Malheureusement  le taux de ponctualité n'est pas encore aux  88 % que la SNCF s'assignait comme – modeste – objectif.

Il est vrai toutefois que la Société nationale (de même que RFF) est confrontée de plus en plus à des défis sécuritaires qui la détournent des ses préoccupations fonctionnelles … et plombent ses résultats  financiers :

- actes de malveillance par  détérioration des installations et des matériels (tags et lacérations notamment) ;

- fraude généralisée au paiement des titres de transport, en particulier par falsification (le manque à gagner est estimé à 350 millions d'euros par an, soit l'équivalent de 35 rames TER à deux étages) ;

- vols de cuivre alarmants, mettant en péril la sécurité des voyageurs (en 2010, plus de trois mille vols ou tentatives de vol, soit un préjudice de 30 millions d'euros justifiant la mise en place d'un dispositif de surveillance aérienne par hélicoptère). On sait qu'il y a 30 000  km de voies ferrées en France ; sait-on qu'il pourrait y avoir aussi des malhonnêtes et des nuisibles ? 

D'autre part en ce qui concerne l'écotaxe 'poids lourds' que le Gouvernement a enfin décidé d'appliquer à compter du 1er juillet, pour financer des projets d'infrastructures et favoriser le report modal, deux réactions significatives :

- La Fédération nationale des transports routiers réclame des 'mesures concrètes' sur le mécanisme de répercussion de cette taxe. Elle dénonce 'un coup de massue' et pronostique dans un 'scénario noir la mort de plusieurs milliers d'entreprises et de 70000 emplois' .

- Les routiers de cette obédience en Alsace ont demandé au Gouvernement de renoncer à percevoir cette taxe  dans leur Région par anticipation de trois mois avant la mise en œuvre nationale. Il est rappelé que le choix de l'Alsace pour une telle initiative a tenu au caractère limitrophe avec la RFA où une telle taxe existe déjà.

Et une nouvelle victoire pour les transporteurs ! L'application de la nouvelle taxe est reportée de plusieurs mois. 'On' ne s'était pas aperçu que le mois de juillet était situé au milieu de l'année. Il paraît que c'est plus simple de faire débuter au 1er janvier...

Il n'est jusqu'à la Commission européenne pour ajouter son grain de sel. Bruxelles aurait demandé officieusement une suspension 'momentanée' de la taxe européenne sur les émissions de CO² imposée aux compagnies aériennes. Le but de la manœuvre serait de faciliter à l'automne prochain les négociations, dans le cadre de l'Organisation de l'aviation civile, en vue d'un plus large accord international. La taxe actuelle, en vigueur depuis deux ans, contraint les compagnies opérant dans l'Union européenne à acheter l'équivalent de 15 % de leurs émissions de dioxyde de carbone.

Information presque anodine, dans ce contexte : l'UGAP, qui est la centrale d'achats des ministères et de l'ensemble des services publics, devrait être en mesure dès le mois prochain  de proposer à ses clients l'un des modèles de voiture électrique pour laquelle elle avait lancé  un appel d'offres portant sur 3600 véhicules à l'automne dernier.

La dite UGAP a acheté en 2012 quinze mille véhicules dont 90% de voitures françaises : Renault Clio et Kngoo surtout...


____________