HISTOIRES  D’ EAUX

 


      C’est Noël presque tous les jours.

      A feuilleter la presse locale on se prend d’enthousiasme en lisant les compte-rendus des réunions, nombreuses en ce moment, des conseils municipaux. Partout le prix de l’eau est annoncé à la baisse dès les prochains mois, ce qui surprend car on ne savait pas les trois sociétés fermières  à ce point pénétrées des vertus du mécénat.

 

 

      Ô bien sur il se trouve – simple coïncidence – que les contrats de concession du service public sont arrivés à leur terme …et qu’elles aimeraient bien les voir renouveler. Alors on fait les généreux. Le maire d’une importante commune a pour sa part justifié la reconduction-à-des-conditions-avantageuses : ‘notre commune n’a pas une taille suffisante pour exploiter ce service public en régie ‘.
      Certes la ‘rentabilité’ ne le permet pas, car la gestion d’un tel service suppose des moyens matériels et humains et de la compétence. Mais l’on ne sache pas que l’intercommunalité soit faite pour les chiens, ni que la coopération et la solidarité soient absentes du débat. Comment les communes landaises ont-elles procédé pour prendre ou reprendre les rênes ?

 


      On nous souffle une explication complémentaire à cette résignation très périgourdine : feuilletez, nous dit-on, les encarts publicitaires dans les publications de certaines communes ! Nous n’en croyons rien, ce sont pures menteries.

____________