Transports

 

Après l'autoroute, l'auto... rail ?

 

L'une des lourdes préconisations du Grenelle de l'environnement en 2009 était de transporter sur rail les nombreux poids lourds ayant une destination et un parcours de longue distance semblables, afin de réduire la consommation des carburants et les rejets de gaz issus des hydrocarbures, de ne pas accentuer la détériorations des routes, tout en ne pénalisant ni les transporteurs ni les chauffeurs routiers.

Le projet d''autoroute ferroviaire' (tant pis pour l'étymologie, le concept y gagne en clarté) est au stade des enquêtes publiques dans les vingt départements concernés par le tracé de plus de mille kilomètres du terminal de Tarnos dans les Landes, à Dourges (près de Lille). La première phase d'exploitation, de 2016 à 2019 sera celle de convois de 750 mètres de long, circulant sur des ouvrages réalisés par RFF, avant que la seconde phase, à partir de septembre 2019, permette la ciculation de convois de plus d'un kilomètre. Deux aller retour quotidiens sont prévus, avec un dispositif de chargement novateur, le wagon pivotant pour le chargement horizontal des remorques.

Le coût total du projet a été chiffré à 288 millions de travaux, dont 80 pour la réalisation des deux terminaux. Le financement sera assuré par l'État, les Régions traversées ainsi que RFF et le concessionaire LorryRaiml.

________________